La Ronde des Plantes Médicinales

« En Mai, Fais ce qu’il te plait ! »

Publié dans Mon conseil du mois

C’est avec ce dicton populaire que je reviens ce mois-ci vers vous.

Je me sens portée par l’énergie du Renouveau…

L’énergie du Printemps remonte à l’intérieur de moi, comme la sève dans les plantes, les arbres. Je me sens remplie de Gratitude pour Mère Nature et pour toute cette merveilleuse harmonie entre Ciel et Terre, entre chaque élément que l’Univers a crée

La Terre, Le Feu, L’Eau et L’air.

Quelle belle Alchimie naturelle, n’est ce pas entre chaque état ?

Et vous, comment vous sentez-vous en ce moment ?

Ce mois-ci, je souhaite m’entretenir avec vous sur le fait que notre état de santé traduit cet équilibre entre notre nature profonde et notre environnement.

Suivez-moi, nous allons visiter le monde magique de la Médecine de nos Pères.

 

Et si La maladie n’était pas une fatalité !

La santé est l’union parfaite entre notre âme, notre esprit et notre corps. Bon nombre d’entre nous, oublie que cet équilibre est fragile et que pour garder cet « état de santé » il est important de ne pas ignorer notre nature profonde.

Contrairement à nos temps modernes, nos ancêtres n’avaient pas besoin de prouver pour savoir : ils entretenaient une relation étroite entre la nature, leur divinité et leur état de santé. Leur approche était globale et spirituelle en utilisant les plantes pour leur propriété médicinale. Dans certaines tribus amérindiennes, les guérisseurs demandent l’autorisation à la divinité de la plante avant de se servir. Pour elles, c’est l’esprit de la nature qui agit à travers la plante médicinale. Plus près de chez nous, les Druides et les prêtresses médecins avaient une connaissance profonde des forces de l’univers, de l’homme et des plantes médicinales.

Voici quelques précurseurs de la médecine:

Sainte Hildegarde de Bingen (1098-1179) : Religieuse bénédictine mystique.

Elle s’intéresse aux vertus de la rosée et soigne avec les plantes, les minéraux et la nutrition.

« La santé n’est pas simplement l’absence de maladie, c’est un véritable état d’équilibre physique, psychique et mental »

Elle pense que l’être humain doit puiser dans la nature ce dont il a besoin.

Paracelse (1493-1541) : Médecin et physiologiste

« Par la pensée, je peux rester sain ou me rendre malade, donc, respectez la nature de votre nature ».

Grace à ses travaux, Paracelse établit les fondements de la médecine moderne et pressent les principes essentiels de l’homéopathie. Pour lui la maladie traduit un déséquilibre entre notre corps et notre âme. Il pensait que l’univers matériel ne pouvait être séparé de l’univers spirituel et souhaitait trouver un remède susceptible de nous ramener à notre vraie nature spirituelle, seule source véritable de la guérison.

Samuel Hahnemann (1755-1843) :

Médecin et père de l’homéopathie, il s’est inspiré des travaux de Paracelse. Il utilise l’information contenue dans les végétaux pour traiter le malade et non la maladie. Il pense que la plante peut restaurer l’énergie vitale de l’individu.

Edward Bach (1886-1936) :

Médecin, bactériologiste et homéopathe. Il est le créateur des Elixirs de Fleurs qui portent son nom.

« Nous pouvons nous souvenir que nous n’avons besoin d’aucun conseil, d’aucun enseignement, si ce n’est celui qui vient de l’intérieur. Chacun de nous peut apprendre à se guider sur cette sorte de boussole intégrée. C’est ainsi que les hirondelles ont appris à survoler l’océan. »

En 1930, il décide d'abandonner complètement son poste d'homéopathe pour partir dans la nature en quête des fleurs sauvages qui seraient les instruments de sa nouvelle méthode de soin : 38 préparations florales réparties en sept groupes qui correspondent à des déséquilibres présents en chacun d’entre nous. Les Fleurs de Bach ne soignent pas la maladie, mais permet de transformer une émotion négative (peur, doute, manque de confiance, etc)  en qualité bienveillante, déjà présente en nous.

Je pourrais, bien entendu vous citer d’autres personnages, tous aussi  brillants et importants. Ce que je souhaite avant tout aujourd’hui,  c’est de vous faire connaitre un état d’être, une philosophie de vie, une méthode naturelle qui ne se substitue, bien entendu à aucun traitement ou diagnostic médical. Bien au contraire, cela peut être un très bon complément à un traitement ou bien, être utiliser en  préventif ou curatif de certains déséquilibres légers, sous l’œil averti d’un thérapeute compétent.

Et maintenant, comment vous sentez-vous ?

Le mois prochain : je vous parlerais du monde merveilleux des Fleurs de Bach.

Revenir aux actualités

La Ronde des Plantes Médicinales